Ce contenu t'a plu ? N'hésite pas à le partager 🙏

Nous allons voir dans cet article l’importance de l’alimentation anti-inflammatoire dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité.

Hippocrate a dit, au 5e siècle avant JC, « que ton alimentation soit ta médecine ».

Grâce aux avancées scientifiques et notamment dans le domaine de la micronutrition, on peut dire avec certitude que le modèle ancestral d’Hippocrate était une piste avant-gardiste.

L’alimentation anti-inflammatoire est une des clés dans le traitement du surpoids et de l’obésité.

(Si tu es pressée, n’hésite pas à commencer à lire au point 4).

 

1 – Surpoids et obésité : le constat

L’obésité a tellement progressé dans le monde qu’elle est maintenant reconnue comme une épidémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) :

En 2014, 39 % des adultes sont en surpoids et 13 % sont obèses (OMS). Environ 3 millions personnes décèdent chaque année des complications associées au surpoids, en particulier le diabète et les maladies cardiovasculaires (OMS).

Voici les chiffres en pourcentage pour la Belgique ressortis de l’Enquête de Santé 2018 :

  • Population adultes en surpoids (BMI ≥25) : 49,3%
  • Population adultes obèses (BMI ≥30) : 15,9%
  • Jeunes (2-17) en surpoids : 19,0%
  • Adolescents (2-17 ans) obèses : 5,8%

Lors de ma formation en nutrithérapie, il y a 4 ans, un professeur nous disait : la maladie du 21ème siècle sera le diabète, une maladie associée au surpoids. Il n’avait pas prévu la Covid 19 mais quand on lit les chiffres ci-dessus, il était dans le bon.

Entre 2008 et 2017, le pourcentage de patients diabétiques en Belgique est passé de 5,1 % à 6,1 % de la population. un chiffre qui atteint les 8 % chez les 45-64 ans (ASBL AGENCE INTERMUTUALISTE).

Sans être alarmiste, nous nous rapprochons à toute vitesse de la situation des États-Unis où dans 16 États américains, au moins 35 % des habitants sont obèses (2021-lepoint.fr)

Comment en est-on arrivé là ?

 

2 – Changements de nos habitudes alimentaires et d’hygiène de vie

Alimentation industrialisée, restauration rapide, mode de vie effréné, excès de travail, sédentarité, manque d’activité physique, manque de sommeil, pollution environnementale, stress, etc.

Tous ces éléments ont modifié notre rapport à l’alimentation. Nous avons perdu progressivement la capacité de respecter notre rythme biologique et notre instinct alimentaire.

Conclusion, nos habitudes ont changé et notre assiette aussi.

Notre alimentation est devenue « acidifiante » et a eu comme conséquence de provoquer une inflammation chez certaines personnes.

Or, lorsqu’elle devient chronique, cette inflammation devient un facteur de risque pour la santé. Si elle n’est pas soignée, elle devient le terrain propice à beaucoup de maladies comme le diabète ou l’obésité.

Ce phénomène a été étudié notamment par le médecin biologiste et immunologue français Jean Seignalet. Dans son livre « L’alimentation et la 3ème médecine », il met en corrélation l’impact de nos habitudes alimentaires depuis les années 50 et le développement de certaines maladies.

Grâce ses recherches, il met au point une alimentation qu’il qualifie d’hypotoxique (c’est-à-dire peu ou pas toxique), ancestrale ou originelle, qui permet de diminuer l’inflammation et soulager les symptômes de ces maladies.

Si l’on prend le cas du surpoids et de l’obésité, la médecine traditionnelle propose souvent des régimes, des médicaments, et même des opérations assez lourdes comme la sleeve ou l’anneau.

Malheureusement, on sait maintenant que les résultats obtenus à court terme ne sont pas toujours maintenus dans le temps. De plus, certaines méthodes sont invasives pour le corps et ont beaucoup d’effets secondaires.

Il est donc temps de prendre du recul et de se tourner vers d’autres méthodes comme la micronutrition.

alimentation anti-inflammatoire

 

3 – L’impact positif d’une alimentation anti-inflammatoire sur la santé.

Et si je te dis que ton alimentation, couplée aux méthodes traditionnelles, peut être :

  • Ta médecine anti-inflammatoire : une manière naturelle d’améliorer les symptômes de certaines maladies.
  • Ta médecine préventive : une manière simple de rester en santé et de te prémunir de ces maladies « de civilisation ».

Pour t’en persuader, je vais te raconter ma propre expérience.

J’ai souffert de sinusites chroniques pendant des années, rien avoir avec le surpoids, mais les maladies ORL chroniques font souvent partie des maladies de civilisation. J’en faisais jusqu’à quatre par an, et le seul moyen que l’on me proposait pour me guérir ou me soulager était de prendre des antibiotiques, des anti-inflammatoires et des anti-douleurs traditionnels.

Au bout de quelques années, mon corps ne les a plus supportés. J’avais beaucoup d’effets secondaires comme des problèmes digestifs, des vaginites ou des aphtes. J’avais maigri et mon immunité était au plus bas. J’étais aussi vite fatiguée.

J’ai eu la chance de rencontrer un médecin homéopathe, spécialisé en médecine chinoise. Il m’a donnée quelques traitements de « nettoyage » et m’a AUSSI proposée de CHANGER mon alimentation.

Je précise qu’ayant fait l’école hôtelière et ayant des parents qui cultivaient leurs légumes, je ne mangeais pas de plats préparés. Mais à l’époque, je mangeais beaucoup de produits laitiers, de sucrerie, et de protéines animales. Même si c’était du fait maison, cette alimentation n’était pas profitable pour ma santé.

J’ai dès lors suivi ses conseils en adoptant une alimentation anti-inflammatoire.

Résultat : au bout d’un an, plus qu’une seule sinusite et 10 ans après, je m’en suis complètement débarrassée.

Tu me crois maintenant ?

femme en énergie

4 – Les grands principes de l’alimentation anti-inflammatoire

L’alimentation anti-inflammatoire vise à réduire l’inflammation dans l’organisme et a pour but de :

  • Protéger le système immunitaire.
  • Aider l’organisme à résister et à s’adapter aux changements.
  • Diminuer les risques de maladies ayant une composante inflammatoire.
  • Augmenter l’espérance de vie en santé.

Pour cela, l’alimentation anti-inflammatoire doit apporter une grande quantité de micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, d’antioxydants) et de fibres.

Elle doit en revanche restreindre l’apport de molécules toxiques et inflammatoires comme les polluants, les molécules de Maillard (brunissement des aliments), etc.

Sur le web, tu peux trouver des listes d’aliments anti-inflammatoires et leur impact positif sur la santé, mais je sais que dans la pratique, cela n’aide pas à changer au quotidien !

Je vais donc t’expliquer ma méthode ci-dessous.

manger coloré

5 – L’alimentation anti-inflammatoire en pratique

Chez moi, la cuisine de tous les jours est simple, rapide, gourmande et anti-inflammatoire.

Pour arriver à ne pas me prendre la tête, je me base sur 2 concepts clés :

  1. Faire les bons choix (courses)
  2. Maitriser les gestes de bases de la cuisine saine et détoxifiante

Tu vois que c’est bien plus large qu’une liste d’aliments anti-inflammatoires mais moins casse-tête, je t’explique ci-dessous !

Ce que tu prépares déjà au quotidien dans ta cuisine servira de base pour appliquer ces 2 concepts. Ensuite, tu pourras varier les plaisirs avec de nouvelles recettes.

1 – Faire les bons choix

Dans l’alimentation, il existe des aliments qui acidifient le corps et d’autres qui le basifient. En nutrition, on dit aussi qu’il faut un bon équilibre acido-basique pour éviter l’inflammation.

Ce qui va basifier ton corps, ce sont les légumes, les fruits, oléagineux, graines, herbes, épices, eau et les bonnes graisses et certaines légumineuses.

Le reste va l’acidifier avec comme grand gagnant : l’alcool, les sodas, le sucre, les céréales raffinées, la viande et les produits laitiers.

Si tu n’as pas envie de te casser la tête, voici mon premier conseil :

  • La moitié doit être remplie de légumes à chaque repas avec de bonnes huiles EVPPF (Extra Vierge de Première pression à froid) et des herbes fraîches ou des épices.
  • Diminue ta consommation de viande et augmente ta consommation de protéines végétales (légumineuses, tofu, algues, pollen, etc.).
  • Evite au maximum les produits laitiers et privilégie les fromages au lait cru pour des plaisirs ponctuels.
  • Remplace tout ce qui est raffiné par du complet ou semi-complet (farine, pâtes, sucre par exemple).

 

2 – Maîtriser les gestes de bases de la cuisine saine et détoxifiante

Eviter la formation de molécules toxiques est le geste de base principal de la cuisine saine et détoxifiante.

Concrètement, c’est privilégier les cuissons douces comme la cuisson vapeur, à l’étouffée, à basse température au four, au wok.

L’important est d’éviter de faire brunir trop fort les aliments et surtout de ne pas consommer des aliments carbonisés (noircis).

Et les légumes rôtis dans tout ça ? Si tu es en bonne santé, ils peuvent faire partie de ton quotidien sans être trop roussis et toujours accompagné d’autres aliments « plus basifiant » pour équilibrer ! Si tu souffres de pathologies inflammatoires, je te conseille de les consommer occasionnellement (1x/semaine), le temps d’améliorer la situation.

cuisson vapeur

6 – Changer une chose à la fois et s’organiser

Faire les bons choix et changer ses modes de cuisson, cela te semble déjà compliqué non ?

Tu es une personne active. Tu travailles ou tu as des activités toute la semaine, Tu as peut-être des enfants. Ton quotidien est surchargé.

Tu as déjà l’impression que tu ne sauras JAMAIS préparer des repas sains et détoxifiants pour tous les jours de la semaine. Alors, s’il faut en plus que les aliments soient anti-inflammatoires, tu as déjà envie de capituler, non ?

Et pourtant, c’est possible !

Pour sortir de tes « mauvaises » habitudes en cuisine ou d’achats, mon expérience de coach m’a confirmé qu’il y a 2 pistes à privilégier :

  • S’organiser ET
  • Changer une chose à la fois.

Ici, je ne vais pas te parler de menus du mois ou de Batch cooking mais simplement réfléchir à :

  • Quel serait le jour idéal pour les courses ?
  • Que puis-je faire pour m’avancer en cuisine ? (A ce sujet, ne rate pas notre livre électronique Ed. Hiver de la série « Bien être et vitalité aux rythmes des saisons » dans lequel je t’explique de long en large comment faire).
  • Par quoi pourrais-je commencer  ?

Voici 2 astuces qui vont te permettre d’enclencher le changement  vers une alimentation anti-inflammatoire.

organisation en cuisine

Ma première astuce : bonifier la qualité des plats que j’aime cuisiner

  1. Dresse une liste des plats qui reviennent régulièrement chez toi et que tu aimes faire.
  2. Pour chaque plat, réfléchis a comment l’améliorer pour qu’il soit encore plus sain :

Changer la cuisson ? Cuire à la vapeur plutôt qu’au four à haute température ? Tu ne peux pas imaginer tout ce que l’on peut cuire à la vapeur !

Changer un ingrédient ? Troquer sa viande de temps en temps avec des burgers végétaux. J’ai personnellement troqué la crème fraîche que j’utilisais beaucoup contre des crèmes végétales.

Ajouter un ingrédient manquant ? Des légumes, une huile riche en anti-oxydant ou des herbes fraîches ?

 

2ème astuce : manger coloré et sans peler tes fruits et légumes

Tu sais déjà qu’il est important de manger le moins transformé possible.

Ce que tu ne sais peut-être pas, c’est que la plupart des vitamines, minéraux et antioxydants sont concentrés dans la peau des végétaux.

En les achetant bio (ou d’agriculture raisonnée), tu pourras garder la peau de la plupart des fruits et légumes sans ingérer trop de pesticides, fongicides et autres produits toxiques.

Chaque couleur représente une famille d’antioxydants. Il est donc important de varier les couleurs dans ton assiette : orange, vert, mauve, etc.

 

Je terminerai sur une note d’humour épicurienne, car si tu me suis sur les réseaux sociaux, j’aime me faire plaisir !

Voici donc quelques aliments « plaisir » riche en antioxydants à consommer avec modération 😊 :

  • Les fruits rouges avec les myrtilles en tête de liste
  • Le miel
  • Le vin rouge
  • Le café et les thés
  • Le chocolat noir à min 70% de cacao

 

 Alors, quelle est la première astuce que tu aurais envie de mettre en place ?

Comme je le conseille à mes clientes, un pas à la fois pour un résultat durable !

 

D’ailleurs, n’hésite pas à télécharger mon livre électronique gratuit : Mes 5 premiers pas vers une alimentation saine et énergisante

 

Si tu es intéressée par des cours de cuisine, laisse-moi tes coordonnées par courriel car je vais bientôt démarrer des cycles on line et chez moi, en Belgique.

Si tu as des questions ou un partage d’expérience, n’hésite pas à les poser ci-dessous, je me ferai un plaisir de te répondre.

Hilde


Ce contenu t'a plu ? N'hésite pas à le partager 🙏